Comment s’informe-t-on en 2017 ? 43% des moins de 35 ans lisent des news via la presse alors que 55% les lisent via les algorithmes des réseaux sociaux. Tournant important pour la presse, où toute une génération de jeunes préfère désormais s’informer via les réseaux sociaux par une sélection organique des news. Le rapport des tendances 2017 de l’Institut Reuters dresse un bilan des expériences menées dans la presse internationale. Nic Newman, auteur de ce bilan, décrypte les changements à venir. Cette enquête recèle une mine d’idées éditoriales et de tendances à suivre.

1. Fake news, ou comment vérifier ses sources d’information 

La période de campagne électorale américaine, française, allemande, le terrorisme mettent en péril la notion d’information-vérité. Les journaux ne peuvent plus se cantonner derrière les murs de leur site et doivent diffuser leurs informations sur la toile tout en regagnant la confiance des lecteurs. En conséquence, l’année 2017 a vu les géants du web et de la presse développer des outils de « fact checking« , outils ouverts et plus seulement aux experts.

  • Google a intégré un outil de vérification des sources dans son moteur de recherche.
  • Le Monde a développé « Décodex« , un moteur de recherche et plug-in pour vérifier les sites.
  • Le Washington Post a développé un plug-in pour vérifier la véracité des tweets de Donald Trump : « RealDonaldContext »Libération lance un moteur de recherche de « désintox ».

2. Réseaux sociaux et journalisme conversationnel 
Le rapport 2016 avait déjà souligné l’importance des messageries privées et l’arrivée de Snapchat.

  • Les notifications enrichies : 2017, année du « puch » selon Métamédia. Les notifications sur le téléphone sont de plus en plus utilisées pour accéder à l’information et deviennent un secteur d’investissement pour la presse.
  • Les assistants vocaux : « En 2020 nous parlerons aux ordinateurs via des assistants personnels vocaux, comme Alexa pour Amazon, Siri pour Apple », prédit le rapport Reuters. Ces robots permettent de sélectionner des informations ou d’acheter en ligne sans passer par une interface clavier.

3. Vidéo : live ou format court ? 
89% des médias vont plutôt investir dans des vidéos brèves contre 80% pour du live en 2017. La vidéo en direct a explosé avec Facebook live, Youtube live, Periscope, Snapchat, mais reste coûteuse et peu rentable pour les médias.

4. Réalité virtuelle ou augmentée : un domaine à continuer à explorer 
Depuis plus de 2 ans, les médias explorent de nouveaux modes narratifs grâce à la réalité augmentée ou virtuelle. Les coûts de production ayant diminué, nombre de formats courts de moins de 2 minutes ont vu le jour. Encore peu de smartphones peuvent lire les dernières technologies. Un exemple suisse est cité dans le rapport : pour lancer sa nouvelle rubrique « Blick VR », le journal distribue dans les gares une édition spéciale avec les Google CardBoard (lunettes pour visualiser les vidéos 360°).
 
Quelques exemples de reportages 360° à découvrir :
 
Blick Virtual Reality 
Arte TV Notes On Blindness 
USA Today VR Stories 
The New York Times NYT VR

Pour aller plus loin, téléchargez le 
rapport Reuters 2017 complet (en anglais)