« En 2017, 80% des consommateurs collecteront, traqueront et négocierons leurs données personnelles en échange de gains économiques mais aussi en échange de confort d’utilisation ou personnalisation accrue ».

Prédictions de Gartner publiées en 2014

Aujourd’hui, nos usages numériques connectés, nous amènent à produire de plus en plus de données, la prédiction de Gartner, société américaine de conseil, nous amène à croire qu’à l’avenir, ces données ne serviront plus uniquement l’intérêt de l’entreprise mais guideront également nos choix et rendront nos décisions plus intelligents.
Est-ce le signe d’une nouvelle ère ?

Le sportif mesure son rythme cardiaque, calcule son nombre de foulées et de kilomètres. En collectant ces données, il mesure ses propres performances pour  planifier des entrainements plus adaptés.  La géolocalisation permet à tout un chacun de trouver plus rapidement le restaurant le plus proche, choix parfois même guidé par des commentaires d’autres clients.

Nous exploitons déjà certaines de nos données mais bien souvent, nous n’avons pas connaissance du volume globale des traces qui sont gardées par notre opérateur téléphonique ou par l’entreprise qui a développé l’application et par ce fait nous ne pouvons pas explorer une un volume globale de nos données.

La pratique de collecte de données n’est pas nouvelle, la carte de fidélité au supermarché existe depuis longtemps, mais la revendication d’en faire quelque chose est, quant à elle, nouvelle

Nous sommes passés d’une époque où les entreprises contrôlaient toutes ses informations à une autre où les individus souhaitent exploiter leurs propres données pour en tirer un bénéfice personnel.

Partagez avec moi mes données personnelles
A-t-on raison d’être optimiste sur cette requête faite aux entreprises et autres organisations ?

Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation pour l’Internet Nouvelle Génération française (FING), qui « produit et partage des idées (..) pour anticiper les transformations numériques », nous explique dans sa présentation à TedXLausanne, vidéo présentée ci-dessous, comment un nouvel équilibre dans la relation entreprises, individus, états, permettra de renouveler l’expérience de consommation.

En dotant le consommateur de bons outils, en lui rendant ses données, il fera des choix plus intelligents et sera plus enclin à partager d’avantage de données.

Chacun y est gagnant, il s’agit de rétablir un équilibre d’information : « Si j’ai une information sur vous, vous l’avez aussi. Et vous en faites ce que vous voulez ! »

Qu’en est-il pour l’entreprise ? Quelles conséquences pour les états ? Qu’y a-t-il à gagner pour chacun ?

A découvrir : 

La vidéo de la présentation de Daniel Kaplan,  délégué général de la FING, présenté lors de la conférence TedxAlsace : « Donner ses données au client : le nouveau paradigme du commerce. »

De l’idée à la réalité, deux exemples de cas cités dans la vidéo

  le projet Midata du gouvernement anglais, pour accéder, contrôler et exploiter ses données personnelles

Un programme lancé par le Département de l’économie et de l’innovation, en Avril 2011 pour encourager l’émergence de d’applications liées à la libération de données d’entreprises partenaires. https://www.gov.uk/government/news/the-midata-vision-of-consumer-empowerment

La FING et le projet « Mesinfos » 

Une plateforme collaborative crée en 2014, qui explore grâce à des partenariats avec des entreprises les questions de la production, l’exploitation et le partage de données personnelles par les individus, sous leur contrôle et à leurs propres. mesinfos.fing.org